Qu’est-ce qu’une pénalité manuelle de Google ?

Les pénalités manuelles sont infligées au cas par cas

Atout de commerce par excellence, le référencement désigne l’ensemble des méthodes utilisées pour optimiser la visibilité sur Internet. Il est un facteur essentiel, sinon indispensable, de la stratégie webmarketing. Pour ce faire, les sites doivent, en plus de se faire connaître par les moteurs de recherche, soigner leur contenu, ainsi que leur maillage interne et externe, afin d’obtenir un meilleur positionnement dans les résultats par mots-clés. Alors, que faire lorsqu’on est soumis à la pénalité de référencement manuelle de Google ?

Les différentes formes de sanction et leurs particularités

Toutes les pénalités infligées au référencement par Google ne sont pas logées à la même enseigne. Les censures sont généralement de deux sortes. Elle est automatique lorsqu’elle provient de calculs mathématiques effectués par le moteur de recherche. À l’aide de filtres comme Google Penguin ou Google Panda, les pages Web visées sont sanctionnées sans en être averties. Il s’ensuit alors une dépréciation immédiate de leur nombre de visites.

À l’inverse, la pénalité manuelle provient d’une décision prise par les ingénieurs du service qualité de Google. Après analyse du domaine, un message d’alerte est adressé à l’administrateur du site concerné via l’outil Google Search Console. L’avertissement informe de la sanction, ainsi que des fautes reprochées.

Qu’est-ce qui provoque la pénalité manuelle ?

Obtenir un trafic direct n’est pas chose aisée pour un site Internet. La majorité d’entre eux reposent donc obligatoirement sur les moteurs de recherche comme Google. Seulement, pour faire face aux nombreuses techniques de référencement abusif utilisées par les webmasters, la compagnie américaine a établi des lignes directrices, dont la violation peut entraîner une pénalité manuelle. Elles sont réunies dans les « Consignes aux webmasters de Google ».

Les pratiques susceptibles de conduire à une action manuelle sont :

  • les liens artificiels ou de mauvaise qualité qui redirigent vers le site sanctionné,
  • la contribution à des échanges de liens,
  • toutes les formes de spam engendrées par des utilisateurs,
  • le « cloaking » et « keyword stuffing », deux méthodes qui consistent à masquer les textes ou à les bourrer de mots-clés.

La présente liste n’est pas exhaustive, mais pointe exclusivement des actions relevant du « Black Hat SEO ». Les moteurs de recherche établissent également des restrictions relatives au contenu et à la conception du site. Ainsi, il est par exemple recommandé de créer un plan du site avec des liens vers les parties importantes. Il faut aussi hiérarchiser de façon distincte le contenu de chaque page et proposer des liens pertinents.

Comment se sortir d’une pénalité manuelle ?

Se relever d’une pénalité de référencement manuelle dépend rigoureusement des motifs pour lesquels la sanction vous a été infligée. Après avoir reçu une notification dans « Google Search Console », vous devez rédiger une demande de réexamen étayée et argumentée. Contrairement aux censures appliquées automatiquement par des algorithmes tels que Google Penguin, il est impossible de faire lever une sanction de référencement manuelle sans répondre à cette requête. Le webmaster est, naturellement, tenu de le faire après avoir corrigé les irrégularités signalées dans le message d’alerte. D’après les experts, il faut compter entre 7 et 60 jours pour recevoir un message d’accusé de réception. La procédure pour faire annuler une sanction manuelle peut donc être longue et fastidieuse. D’autant que les ingénieurs de chez Google sont exigeants.

Le meilleur moyen d’obtenir un référencement durable est d’appliquer le « White Hat SEO », c’est-à-dire de se conformer aux règles du jeu en respectant scrupuleusement les nombreuses recommandations (limitation du nombre de liens par page, contenu à forte valeur ajoutée, transparence dans la présentation des informations, utilisation des textes à la place des signes graphiques que certains robots d’exploration n’arrivent pas à décrypter, attributs détaillés et compréhensibles, etc.) que les moteurs de recherche donnent aux webmasters. Enfin, vérifiez toujours que vos liens fonctionnent convenablement, que le langage HTML de vos pages est correct et que vous ne bloquez pas de ressources importantes comme les fichiers Javascript et les fichiers CSS aux robots d’exploration.

Demander un devis gratuit